Vous êtes ici : Accueil > Laboratoire BCI > Inflammasome et retard de croissance intra-utérin

Fait marquant

Inflammasome et retard de croissance intra-utérin



​Des chercheurs de notre laboratoire montrent première fois un rôle direct de NLRP7, une protéine de l’inflammasome dans la grossesse humaine. NLRP7 serait ainsi responsable des défauts dans l’établissement de la circulation fœto-maternelle, défauts souvent associés au retard de croissance intra-utérin.

Publié le 21 mai 2019
Le retard de croissance intra-utérin (RCIU) est une des causes principales des grossesses pathologiques qui provoquent différents handicaps chez l’enfant (intellectuel, moteur, pulmonaire...). Le RCIU est aussi à l’origine d’autres maladies telles que le diabète, l’obésité, l’hypertension qui se déclareront plus tard à l’âge adulte. Dans la majorité des cas, le RCIU est lié à un mauvais fonctionnement du placenta qui n’assure pas correctement les échanges nécessaires entre la mère et l’enfant. Depuis 2010, des dérégulations importantes dans la fonction de l’inflammasome ont été rapportées dans cette pathologie.

En 2015, nus nous sommes intéressés à l’étude du membre 7 de la famille de l’inflammasome, la protéine NLRP7. Ni le profil d’expression, ni les fonctions biologiques de NLRP7 n’étaient connues dans les grossesses normales et dans le RCIU. En collaboration avec le CHU de Grenoble, la maternité de Poissy-Saint-Germain-en-Laye et l’Hôpital Royal de la femme à Melbourne, nous venons de démontrer que la protéine NLRP7 est directement impliquée dans la prolifération des cellules placentaires et qu’elle est régulée par l’hypoxie, paramètre causal de l’insuffisance placentaire. Aussi, NLRP7 serait responsable des défauts dans l’établissement de la circulation fœto-maternelle, défauts souvent associés au RCIU. En effet, l’invalidation du gène NLRP7 au niveau du trophoblaste augmente l’invasion précoce des cellules trophoblastiques dans l’endomètre maternelle (muqueuse de l’utérus). L’analyse des sérums et des tissus placentaires des cohortes de femmes enceintes normales et de femmes ayant un RCIU a démontré une surexpression d’NLRP7 et une augmentation de la réponse inflammatoire.

Ce travail rapporte pour la première fois un rôle direct d’une protéine de l’inflammasome dans la grossesse humaine. Des expériences supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le rôle de NLRP7 dans le développement d’autres pathologies de la grossesse.
L’inflammasome est un complexe protéique oligomérique impliqué dans l’immunité innée.
NLRP7 est le membre de l’inflammasome le plus exprimé dans le placenta.
L’hypoxie placentaire est la diminution physiologique de l’oxygénation du placenta.
Le trophoblaste est l’unité fonctionnelle du placenta, responsable du transfert des nutriments.

Haut de page