Vous êtes ici : Accueil > Laboratoire BCI > Identification de nouveaux biomarqueurs de la prééclampsie : Etudes cellulaires, animales et protéomiques

Proposition de thèse

Identification de nouveaux biomarqueurs de la prééclampsie : Etudes cellulaires, animales et protéomiques

Publié le 1 mars 2017


Résumé du sujet
La prééclampsie (PE) est la plus grande pathologie de la grossesse humaine. A ce jour, il n’existe aucun biomarqueur prédictif de sa survenue. La PE serait due à des défauts d’invasion des cellules trophoblastiques qui établissent la circulation fœto-maternelle. Aussi, une surexpression du facteur de transcription STOX1 serait associée au développement de cette pathologie. Par ailleurs, nous avons récemment démontré que le facteur angiogène EG-VEGF, secrété par le placenta, est augmenté dans la pathologie de la PE et que les souris surexprimant EG-VEGF développent cette pathologie. Ces résultats suggèrent que l’EG-VEGF, seul ou en combinaison avec d'autres protéines secrétées par le placenta, peut être utilisé comme marqueur potentiel pour la prédiction de la PE. Quatre approches seront utilisées ; 
1) Une analyse protéomique quantitative de dosage en multiplex de candidats biomarqueurs dans les sera prélevés lors de l’essai clinique récemment développé en collaboration avec le CHU de Grenoble (n=150 échantillons). Les corrélations entre les niveaux de biomarqueurs potentiels de la PE, y compris EG-VEGF et la survenue de la pathologie plus tard seront réalisées ; 
2) Utilisation de souris invalidées pour l’EG-VEGF (EG-VEGF-/-, souris développées dans le laboratoire) afin de mieux caractériser le rôle de l’EG-VEGF dans la grossesse ; 
3) Utilisation de cellules trophoblastiques surexprimant la protéine STOX1 pour y caractériser l’effet de l’interférence avec EG-VEGF et ses récepteurs ; 
4) Utilisation du modèle de souris surexprimant la protéine STOX1, modèle établi de PE pour y tester les effets thérapeutiques des antagonistes des récepteurs de l’EG-VEGF.

Informations diverses
• Formation niveau Master recommandée
• Le candidat devra présenter un intérêt certain pour les approches de biologie cellulaire et moléculaire, à la fois in vitro et in vivo. Une forte motivation pour les applications cliniques et les développements technologiques est exigée.
• Date souhaitée pour le début de la thèse : 01 octobre 2017
• Personne à contacter par le candidat (Directrice de thèse) :
Nadia Alfaidy-Benharouga
Laboratoire Biologie du Cancer et de l'Infection
CEA-Grenoble
17 avenue des Martyrs
38054 Grenoble Cedex 9

Plus d'informations à la page Web de l'équipe.