Vous êtes ici : Accueil > Laboratoire BCI > Odile Filhol-Cochet - Première course mondiale de cellules

Prix

Odile Filhol-Cochet - Première course mondiale de cellules



​La première course mondiale de cellules a vu le jour. Odile Filhol-Cochet du laboratoire Biologie du Cancer et de l'Infection a reçu la médaille d'argent en présentant au départ, une lignée de cellules épithéliales mammaires humaines.​

Publié le 25 janvier 2012

Pendant des décennies, les scientifiques du monde entier ont étudié le mécanisme de la migration cellulaire. Ils ont travaillé sur l'identification des gènes, des protéines et des réseaux de signalisation impliquées dans ce processus complexe. Ils ont notamment élucidé plusieurs mécanismes impliqués dans la production de force et dans la déformation de la forme des cellules lors de la migration A l’occasion du congrès annuel de l’ASCB 2011, ces laboratoires ont été invités à participer à la première course mondiale de cellules.

Des cellules provenant du monde entier ont été déposées sur des pistes de 400 µm (0,4 mm) de long recouvertes de fibronectine, permettant leur adhérence. La mobilité des cellules à été enregistrée par vidéomicroscopie pendant 24 heures. Au total, environ 80 lignées cellulaires humaines et murines ont été chronométrées pour déterminer les plus rapides.



Dans ce concours, une lignée de cellules souches de moelle osseuse provenant de Singapour a battu des dizaines de concurrentes pour remporter le titre de la cellule la plus rapide du monde, à la vitesse vertigineuse de 5,2 microns par minute, soit 0,312 cm par heure.
Ont suivi, deux lignées de cellules proposées par Odile Filhol-Cochet de notre laboratoire. Une lignée de cellules épithéliales mammaires humaines, et le même type cellulaire modifié pour mimer certaines anomalies des voies de signalisation cellulaire observées dans les cellules cancéreuses. Leurs vitesses respectives ont été de 3,2 et 2,7 microns par minute.

Nous retrouvons, derrière l'amusement, un objectif sérieux : la recherche sur la façon dont les cellules se déplacent. En effet, la migration permet le développement des embryons et des organes mais également la propagation du cancer (métastases). « Le concours offre la première référence pour comparer ces processus migratoires de nombreux types cellulaires et conduit déjà à des comparaisons intéressantes », comme le dit Manuel Théry de notre institut (équipe Physique du Cytosquelette du laboratoire Physiologie Cellulaire & Végétale), co-organisateur de cette course unique. Par exemple, les cellules souches et les cellules cancéreuses semblent être plus rapides que leurs homologues matures et saines.

Ces dispositifs ont été fabriqués par la jeune entreprise française Cytoo, spécialisée dans la fabrication de motifs adhésifs pour cellules afin d'étudier leur comportement.

Les sponsors :


Haut de page