Vous êtes ici : Accueil > Laboratoire BCI > Nouvelle thérapie anti-tumorale multi-cibles basée sur la dégradation des ARNm à demi-vie courte

Felicitas Rataj

Nouvelle thérapie anti-tumorale multi-cibles basée sur la dégradation des ARNm à demi-vie courte

Publié le 12 décembre 2014


Thèse soutenue le 12 décembre 2014 pour obtenir le grade de Docteur de l'Université de Grenoble - Spécialité : Biologie cellulaire

Résumé :
La formation de nouveaux vaisseaux sanguins ou angiogenèse soutient la croissance tumorale en fournissant l’oxygène et les nutriments qui lui sont nécessaires. Le rôle clé du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire VEGF dans ce processus a suscité le développement de stratégies anti-angiogéniques pour le traitement du cancer. Cependant, des travaux ​précliniques et des données cliniques suggèrent l’émergence de résistances aux anti-angiogéniques, en raison notamment de la redondance des facteurs de croissance pro-angiogéniques. Il est donc nécessaire de développer des stratégies alternatives plus efficaces. En 2010, notre laboratoire a apporté la preuve de concept d’une thérapie antitumorale et anti-angiogénique innovante basée la dégradation des ARNm à demi-vie courte par la protéine à doigts de zinc TIS11b. Néanmoins, l’instabilité de la protéine thérapeutique a entravé la caractérisation plus détaillée de cette stratégie. Dans ce contexte, l’objectif majeur de ma thèse était l’optimisation de la stabilité et de l’activité de TIS11b et l’évaluation de son efficacité thérapeutique. Pour cela, nous avons généré une nouvelle protéine TIS11b génétiquement modifiée sur la base d’études biochimiques et moléculaires. Notamment, nous avons observé que la phosphorylation de la sérine 334 située dans le domaine C-terminal de TIS11b augmente de façon très significative la stabilité de la protéine et potentialise son activité déstabilisatrice de l’ARNm du VEGF. De plus, la délétion du domaine N-terminal augmente également la stabilité de TIS11b sans altérer son activité. Nous avons alors généré deux nouvelles protéines thérapeutiques, la protéine ZnC et la protéine ZnC334D pour laquelle la troncation du domaine N-terminal et la substitution de la sérine S334 par un aspartate mimant une phosphorylation ont été combinées. Les nouvelles protéines ont été fusionnées à une étiquette polyarginine R9 leur permettant de traverser les membranes cellulaires (R9-ZnC et R9-ZnCS334D). Nous avons montré que R9-ZnC et R9-ZnCS334D inhibent l’expression de VEGF in vitro dans la lignée de cancer du sein murin 4T1. De plus, R9- ZnCS334D exerce une activité anti-proliférative, anti-migratoire et anti-invasive dans ces cellules. In vivo, l’injection intratumorale de R9-ZnCS334D dans des tumeurs 4T1 préétablies inhibe significativement l’expression du VEGF, la croissance et la vascularisation tumorales. De façon remarquable, l’analyse des extraits tumoraux indique que le traitement diminue l’expression de chimiokines clés dans les processus d’angiogenèse, d’inflammation et d’invasion (Fractalkine, MCP-1, NOV, SDF-1, Pentraxin…). Enfin, R9-ZnC et R9-ZnCS334D inhibent l’expression de marqueurs de la transition épithéliomésenchymateuse, un processus impliqué dans la dissémination métastatique. L’ensemble de ces travaux indique que R9- ZnC et R9-ZnCS334D sont des molécules anti-tumorales multi-cibles, qui inhibent plusieurs étapes clés de la progression tumorale. Cette étude confirme que le ciblage de la stabilité des ARNm est une stratégie prometteuse et novatrice pour le développement de nouvelles thérapies anti-cancéreuses.

Jury :
Rapporteur : Dr Gilles Pages
Rapporteur : Dr Martin Dutertre
Examinateur : Dr Béatrice Eymin
Examinateur : Pr Marc Pocard
Directrice de thèse : Nadia Cherradi


Mots-clés :
Thérapie multi-cible, angiogènese tumorale, TIS11b (ZFP36L1/BRF1), dégradation des ARNm, ingénierie des protéines, phosphorylation

Télécharger la thèse.