Vous êtes ici : Accueil > Laboratoire BCI > Rôle de la protéine NLRP7 dans la placentation normale et tumorale : Cas du choriocarcinome

Déborah Reynaud

Rôle de la protéine NLRP7 dans la placentation normale et tumorale : Cas du choriocarcinome

Publié le 21 décembre 2018
Thèse soutenue le 21 décembre 2018 pour obtenir le grade de docteur de la Communauté Université Grenoble Alpes - Spécialité : Biologie du développement Oncogenèse

Résumé :
Les môles hydatiformes complètes (MHC) sont des lésions bénignes précancéreuses du placenta qui dans 5 % des cas évoluent vers un cancer très prolifératif dénommé, choriocarcinome (CC). Différents travaux ont rapporté une corrélation entre le développement des MHC récurrentes et les mutations du gène NLRP7. Ce gène code pour la protéine NLRP7 de l’inflammasome dont l’activation contribue à la production d’IL-1ß et IL-18. La majorité des travaux publiés à ce jour se sont intéressés à l’étude des mutations de NLRP7. En revanche, aucune étude n’a caractérisé son rôle dans la placentation normale et tumorale.
L’objectif de mon projet de thèse était de caractériser le rôle de cette protéine dans le placenta normal et tumoral. Trois approches ont été utilisées, i) Clinique, en collaboration avec le CHU de Casablanca ; le centre de référence Français des Maladies Gestationnelles Trophoblastiques (MGT) et l’Université Mc Gill pour l’accès aux tissus et sera collectés chez des patientes MHC ou CC; ii) In vitro/Ex vivo, pour la caractérisation du rôle du NLRP7 dans les processus clés du développement placentaire normal et tumoral dans des systèmes de cultures en 2D et 3D. Deux lignées trophoblastiques ont été utilisées, les cellules non tumorales HTR-8 Sv/Neo et la lignée JEG3 issue d’un CC humain ; iii) In vivo, par l’injection orthotopique de cellules JEG3, invalidées ou non pour l’expression du gène NLRP7 (stratégie ShRNA), dans le placenta de souris gestantes. L’impact tumoral des JEG3 suite à leur injection dans la corne utérine et dans la veine de la queue de souris non gestantes a également été étudié.Mes travaux ont démontré que la protéine NLRP7 est abondamment exprimée dans le placenta normal au cours du premier trimestre de la grossesse, que son expression est régulée positivement par l’hypoxie, paramètre clé du développement du placenta et que cette protéine contrôle les processus clés du développement placentaire comme la prolifération et la différentiation trophoblastique. Par ailleurs, j’ai aussi démontré que NLRP7 joue un rôle compensatoire important dans la pathologie du retard de croissance intra-utérin. En relation avec le développement tumoral placentaire, mes travaux ont démontré que, i) la protéine NLRP7 est augmentée dans le placenta de patientes MHC et CC, et que les protéines de la machinerie des inflammasomes sont aussi dérégulées, ii) les cellules tumorales JEG3 surexpriment le NLRP7 comparé au HTR-8 Sv/Neo, iii) l’invalidation de NLRP7 dans les JEG3 induit une baisse de leur prolifération et augmentation de leur migration et invasion dans les systèmes de culture 2D et 3D. L’étude in vivo a démontré que l’invalidation de NLRP7 diminue le développement et la métastase du CC humain dans les trois modèles étudiés. Les analyses immunohistologiques, RNAseq et anticorps-array ont permis la caractérisation des mécanismes régulés par la protéine NLRP7 dans les JEG3.
L’ensemble de mes travaux ont mis en évidence le rôle critique de la protéine NLRP7 dans le développement placentaire normal et tumoral et proposent la machinerie NLRP7 comme cible potentielle pour le traitement du CC.

Jury :
Président : Mr Jean-Jacques Feige
Rapporteur : Mme, Marie-Benoite Cohen
Rapporteur : Mr Daniel Vaiman
Examinateur : Mme Marie-Noëlle Dieudonné́
Examinateur : Mr François Golfier
Directrice de thèse : Mme Nadia Alfaidy

Mots clés :
Placenta, Moles hydtiformes, Choriocarcinome, Invasion tumorale, Métastases, Nlrp7

Thèse en ligne.